Rencontre avec Guerin: présent depuis la fusion

2017-2018
News
Rencontre avec Guerin: présent depuis la fusion

Publié il y a 5 mois par

C'est avec son grand sourire habituel que Guerin Randour a accepté de répondre à nos questions. Il fait parti des plus vieux meubles de l'effectif sénior, puisqu'il a connu la première année de la fusion. Retour sur une interview pleine de bonne humeur avec le vice-capitaine de l'équipe 3.

Rencontre avec Guerin:  présent depuis la fusion

Peux-tu nous retracer ton parcours footballistique depuis tes débuts?

J’ai commencé très tôt en Débutant à Beauvoir de Marc, le club au sein duquel mes oncles Philippe et Yves Gomez évoluaient en Senior. Mon grand-père Augustin, personne très importante dans ma vie de tous les jours, me suivait sur tous les terrains de la région. J’ai pu vivre mes premiers instants de football à ses côtés, il m’a alors transmis cette passion magnifique qui nous réunit tous les week-ends et qui fait maintenant partie de moi. En Benjamin, mon oncle Yves, à l’époque entraîneur de mon équipe m’a alors mis au poste de gardien mais j’ai très vite compris que cela n’était pas fait pour moi.

J’ai alors évolué au poste d’attaquant jusqu’en U13 puis j’ai fait le choix d’arrêter le football pour me consacrer pleinement à mes amis. A l’âge de 23 ans, j’ai décidé de reprendre le foot après cette grande coupure d’une dizaine d’années. Depuis cette reprise, j’évolue au poste d’attaquant à l’ACFC dans l’équipe 3. Je me retrouve quelques fois capitaine et je prends beaucoup de plaisir à évoluer avec toute le groupe.

 

Comment t'es-tu retrouvé à l'ACFC?

C'est en côtoyant Jérôme Guet et Loïc Curtat que j’ai décidé de reprendre le foot. A l’époque, la fusion n’était pas encore effective. On évoluait donc logiquement à Artas, et on a par la suite participé au choix des couleurs du club, une fierté pour nous à l’époque puisque tous nos adversaires étaient envieux des couleurs de nos maillots.

 

Quels sont selon toi tes qualités et tes défauts sur et en dehors du terrain?

Ma qualité première sur un terrain c’est, je pense, ma générosité. J’aime faire des efforts pour le collectif. Mon défaut est sûrement le manque de concentration, j’alterne le bon et le moins bon, je manque parfois aussi d’efficacité devant la cage mais j’aime ce sport parce que j’aime participer à la vie du groupe. J’adore parler dans le vestiaire, ces moments à quelques minutes du coup d’envoi sont pour moi très importants.

 

Y a-t-il eu un événement marquant durant ta carrière?

Le 24 avril 2016 est pour moi une date marquante : durant un match, en prenant appui sur mon genou droit, mon ligament croisé antérieur a lâché. Cela a été une période difficile pour moi (opération, rééducation…). J’ai pris mon mal impatience et j’ai pu enfin reprendre cette année avec encore plus d’envie.

 

Quel est ton plus beau souvenir au sein du club?

Mon plus beau souvenir est pour moi la saison après la fusion, il y a eu un réel engouement autour du nouveau club : les supporters, joueurs, dirigeants, éducateurs, coach, tout le monde tirait le club vers le haut. C’était pour moi une belle année même si les résultats n'ont pas été à la hauteur.

 

Comment juges-tu le début de saison, à titre personnel et collectif?

J’évolue actuellement et depuis le début de saison avec l’équipe 3, entraînée par Ludovic Blanchard (sa première année en tant que coach) c’est mon année de reprise après mon opération. Cela a été compliqué jusqu’à la trêve puisque j’ai alterné blessure et reprise. Aujourd’hui, je me sens en pleine possession de mes moyens et je compte bien tout donner jusqu’à la fin de la saison pour prendre un maximum de points. Je pense que les trois équipes ont pris un mauvais virage après la trêve. Nous n’avons pas su remobiliser tout le monde et c’est dommage car le début de saison des 3 équipes était en cohérence avec l’investissement personnel de chacun. On arrivait à sortir des bons résultats chaque weekend, il faut qu’on arrive à refédérer les joueurs pour arriver à arracher le maintien pour la 1, la montée pour la 2 et engranger le maximum de points pour la 3.

8/ Malgré mes 29 ans je veux avancer et j’aimerais participer à la monter de l’équipe, pourquoi pas l’année prochaine. La montée des U19 en Senior va nous permettre d’avoir un effectif beaucoup plus étoffé pour pouvoir pallier au manque de régularité dans l’investissement qui nous fait défaut chaque année. Pour finir, je souhaite terminer ma carrière dans ce club et faire le maximum pour lui rendre ce qu’il m’a apporté. Un grand merci à Corentin Richard pour cette petite interview et à tous les bénévoles qui s’investissent durablement dans le club.


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter